Randonnée botanique sur les plantes médicinales

Samedi 29 Juin 2013 – Randonnée « Les Plantes Médicinales des Chemins »

RDV à Valojoulx à 9h30 – parking de la salle des Fêtes

Accompagné par une botaniste de formation M-A Barny, cette randonnée vous fera découvrir les vertus médicinales de plantes sauvages que l’on trouve au bord des chemins.
Randonnée de 8km.

Tarif : 5€

Au fil de la balade, vous apprendrez à reconnaitre les plantes sauvages ayant des propriétés thérapeutiques, mais également leurs utilisations et vertus.

Renseignements et réservation : par mail ou +33 5 53 51 82 60

Randonnée pédestre autour de la Madeleine

Merci à la famille Kusters pour cette ressource.

Les pigonniers du Périgord

un pigeonnier

Les pigeonniers font partie du petit patrimoine de notre région, nous en trouvons de formes diverses : ronds, carrés ou sur colonnes. Ces différents styles et la diversité des formes en font un élément particulier dans le paysage périgourdin. En se promenant sur les sentiers de randonnée, il n’est pas rare de les voir se dresser dans le paysage.

L’élevage des pigeons remonte à l’Antiquité : les plus anciens seraient les colombiers forteresses de Haute- Egypte et les colombiers perses surmontés d’une poivrière,  non seulement on  mangeait les pigeons mais on les hébergeait aussi parce que leur fiente servait d’engrais de haute qualité pour des cultures aussi exigeantes que celles des vignes, des jardins potagers et des vergers. Dans les régions arides, la fiente est une fumure recherchée et elle est recueillie sur des nattes régulièrement nettoyées. Dans l’ancienne Perse et Irak, elle servait à la culture des melons. Chez nous, la colombine (fiente des pigeons) était une source de revenus qui figurait même sur les contrats de mariage, pour recueillir ce puissant engrais dans les meilleures condition , le sol des pigeonniers était souvent pavé et une porte ou une trappe était aménagée à ce niveau.
On construisait donc pour les pigeons des maisons à l’architecture adéquate, celle-ci variait selon les régions.

Il convient dès lors de distinguer les deux termes : pigeonnier et colombier. Selon Viollet Le Duc : «  le pigeonnier est un bâtiment destiné à contenir les troupes de pigeons et à leur permettre de pondre et de couver leurs œufs à l’abri des intempéries » alors que l’appellation de colombier est plus aristocratique que celle du pigeonnier et a pris au cours des âges une signification générique pour désigner toute construction imposante servant à loger les pigeons : un bâtiment isolé en forme de tour.

La présence de colombiers n’est pas attestée en France avant l’invasion romaine par César. L’élevage des pigeons était alors une passion à Rome. Le colombarium romain, généralement rond, avait son intérieur recouvert d’un enduit blanc de poudre de marbre. Des ouvrages de l’an 23 après J.C. décrivent l’élevage des pigeons et la construction des colombiers.

Au Moyen Age, la possession d’un colombier à pied, construction séparée du corps de logis, était un privilège du seigneur haut justicier, le développement de l’élevage du pigeon est né de la nécessité de trouver des compléments à une alimentation composée surtout de céréales, en effet au Moyen–Age, la viande était un luxe exceptionnel et n’était consommée que dans de rares  et grandes occasions.

Pour les autres constructions, le droit du colombier variait suivant les provinces. Elles devaient être en proportion de l’importance de la propriété, placées en étage au –dessus d’un poulailler, d’un chenil, d’un four à pain, d’un cellier. Généralement les volières intégrées à une étable, une grange ou un hangar, étaient permises à tout propriétaire qu’il soit noble ou non. Produisant un excellent engrais les pigeons étaient vus comme une catastrophe par les cultivateurs en particulier au moment des semailles, les pigeons étaient alors enfermés dans le colombier en obstruant les ouvertures. Avec la multiplication des colombiers nuisibles à la population des campagnes incapable de s’en protéger et des volées de centaines de pigeons qui s’abattaient sur les champs (avec interdiction de les tuer, les blesser ou les attraper sous peine d’avoir de lourdes amendes), la question des colombiers fut celle qui préoccupa le plus les cahiers de doléances rurales en demandant très fréquemment la suppression, ce qui fut entériné lors de la nuit du 4 août 1789.

Le pigeonnier devint, après la Révolution la partie emblématique de l’habitat paysan puisque sa construction signifiait la fin des droits seigneuriaux, celui-ci étant jusqu’alors réservé aux seules maisons nobles. Il était soit directement accolé à la maison soit indépendant d’elle. Presque tous les châteaux, les fermes seigneuriales et les abbayes possédaient des tours à pigeons, des bâtiments s’élevaient en hauteur et à découvert. Il devint alors un élément de la gastronomie populaire.

Peu à peu le pigeonnier qui jadis était un signe de richesse et de prospérité ne  fut plus entretenu et tomba en ruine  avec l’apparition des engrais chimiques. Il reste que ces constructions qui font la beauté de notre paysage rural suscitent depuis quelques années un intérêt et sont associées aux traditions du sud ouest, c’est un élément du petit patrimoine si important pour mieux comprendre notre passé.

Liens utiles pour préparer vos vacances en Dordogne

Dordogne • Périgord Noir • Vallée Vézère
réserver un camping en dordogne Réserver un chambre hote en Dordogne
réserver un hôtel en Dordogne
réserver un village vacances en Dordogne
réserver une location de vacances dordogne
vos loisirs en Dordogne
s

La boucle des Pléniers

Télécharger la trace GPS de la Boucle des Pléniers
Départ de Plazac pour une boucle de 9,5 km au coeur du pays des croquants.

La boucle du Roc

Télécharger la trace GPS de la Boucle du Roc
Départ de Saint Léon sur Vézère. Promenade familiale de 4,6 km en grande partie au bord de la Vézère, sur l’ancien chemin de halage.

Boucle du Tour de Saint Léon

Télécharger la trace GPS de la Boucle du Tour de Saint Léon
3,4 km – 1h
Découvrez St-Léon/Vézère, son château, ses maisons médiévales et promenez vous le long de la rivière vézère.

Boucle de l’Albaroise

Télécharger la trace GPS de la Boucle de l’Albaroise
Boucle de 10,1 km au départ de La Chapelle Aubareil.
Balade ombragée à travers champs, forêts et vallons.

Boucle de Maillol

Télécharger la trace GPS de la Boucle de Maillol
Boucle de 9,5 km au départ de Thonac
Cheminement dans les espaces naturels avec de magnifiques points de vue .

Boucle des Balcons du Nord

Télécharger la trace GPS de la Boucle des Balcons du Nord
Balade de 7,2 km au départ de Les Farges.
Promenade sur les plateaux calcaires, points de vue, beaux sites aménagés pour les pique – niques en famille.

Boucle des Balcons du Sud

Télécharger la trace GPS de la Boucle des Balcons du Sud
Balade de 9,6 km sur le coteau ensoleillé de la commune Les Farges.