Les toits du Périgord : véritable capital de beauté

Construits beaucoup plus en fonction du climat et des matériaux que pour le plaisir des yeux, les beaux toits de la Dordogne dessinent le paysage. Observons la riche palette de nos toitures…

De la forte à la faible pente

A l’origine , le dessin de la carte des toitures de France était simple : on utilisait les matériaux dont on disposait mais avec le progrès et le développement des voies de communication les œuvres des couvreurs se sont diversifiées. En 1972, Jean Beauchamps a réalisé la première carte des toits de Dordogne, elle a révélé que le département lui-même était divisé entre forte et faible pente. Cette variété correspond à l’évolution du mode de vie ou à l’histoire : guerre de religion, Révolution française, exode rural..

Les toits du Périgord offre une mosaïque de paysage…

Le végétal
Jusqu’au XVIII° siècle, on couvrait les maisons avec du chaume (pour les maisons les plus modestes), les cabanes étaient couvertes de genêts et de fougères et les feuillardières (construites avec des barres de châtaigniers ébranchées à la serpe et entassées à intervalles réguliers) nous rappellent l’ingéniosité de nos aïeux.

La lauze
Elle nécessite une charpente très solide, le travail est long pour poser cette pierre calcaire issue de carrières, on peut compter jusqu’à 8 h pour 1m2 de pose, c’est un travail très minutieux mais ce matériau noble de couverture est du plus bel effet sur les toits de Sarlat, Salignac, Saint Geniès, Valojoulx

L’ardoise de schiste de Corrèze
C’est celle que l’on peut admirer à Terrassson, au Château de Sauveboeuf, au château de Losse à Hautefort…Elle est extraite des carrières de schiste gris bleuté du bassin de Brive, on aperçoit quelques grains de quartz qui brillent. C’est un matériau adapté aux fortes pentes, une toiture en ardoise de Corrèze est inusable !

La tuile plate
Apparue dès le XIV° siècle en Périgord, elle couvre une très grande partie du département ( magnifiques toitures à Limeuil ou à Plazac), fabriquée en terre cuite ou en béton, elle s’adapte plutôt aux toits à fortes pentes.

La tuile canal
Inventée par les Romains, cette tuile en terre cuite se compose d’une tuile de couvrant (dessous) et d’une tuile de couvert (dessus), chacun des éléments étant de formes coniques, elles se bloquent elles mêmes par glissement. Elle est destinée aux pentes faibles (Belvès, Périgueux, Limeuil, Saint Cyprien)

Un commentaire pour “Les toits du Périgord : véritable capital de beauté”

Laissez un commentaire

« »