Le Musée National de Préhistoire

Pour comprendre d’où nous venons et avant de visiter les grottes, les abris et les gisements qui foisonnent dans la région…

Fondée en 1918 par l’instituteur des Eyzies

C’est sous l’impulsion de Denis Peyrony, instituteur aux Eyzies, découvreur de grottes et éminent préhistorien que l’ancien château féodal fut acheté par l’état pour enrayer l’hémorragie des collections archéologiques et conserver le patrimoine culturel. Il fut le créateur du premier Musée national de Préhistoire régional et en devint le premier conservateur.

Désormais, les vestiges provenant des sites préhistoriques des alentours sont rassemblés dans un nouveau bâtiment qui jouxte la forteresse. Environ 6 millions d’outils et d’objets d’art dont 18 000 sont exposées retraçant 400 000 ans de présence humaine, jusqu’à la fin des temps glaciaires, dans le grand sud-ouest.

Une superbe muséographie permet d’évoquer de façon ludique et chronologique les origines de l’Homme, son art, ses modes de vie et son habitat. Grâce à de très belles reconstitutions en dermoplastie, des moulages de stratigraphies, des films, la visite fournit à tous les publics d’importantes clés pour la compréhension de la préhistoire.

Le Musée est ouvert toute l’année, en visite libre ou avec un guide conférencier pour mieux approfondir certains thèmes de la préhistoire.

En 2012, un nouveau pensionnaire

En avril 2012, le Musée National de Préhistoire a accueilli un nouveau rêne naturalisé offert par le gouvernement de Norvège. Le rêne est un animal au statut particulier car il constitue la principale proie des hommes de Cro-Magnon. En effet, le climat était alors plus froid et les rênes, qui se déplaçaient en grand troupeau était une proie de choix. Ces bois constituaient notamment un matériel de choix pour la fabrication d’outils.

Ce rêne a été installé dans la première galerie.

Vous pouvez retrouvez cet article et plein d’autre dans le Magazine Tourisme Vézère n°2.

Laissez un commentaire

« »